retour perso.gif (3843 octets)


l'église St Barthélémy de Calvinet



2
L'école du Caravage




Cette cloche en bronzedu 16e siècle,
soi-disant baptisée par Marguerite de Valois,

est classée aux monuments historiques le 11 avril 1908
à la demande de Jean de Bonnefon,
maire du village,
homme de lettres.





La vitrine de la chapelle St-Louis
renferme un ostensoir, don de Napoléon III
et des reliques de St-Louis patron de l'église






La chapelle St Louis


De l'église édifiée à la création de la paroisse
,
Eustache de Beaumarchais, seigneur de Calvinet souhaitait remplacer la petite chapelle de Calvinet où avait été signée la charte. C'est Pierre II de la Vie de Villemur, devenu à son tour seigneur de Calvinet, neveu du pape Jean XXII, qui fera aboutir le projet. Il fit la demande auprès de son oncle en 1325. Dans la bulle du 1er juin 1325, le souverain accordait au consuls et aux habitants de Calvinet l'autorisation de construire une église et d'en faire le siège d'une paroisse indépendante de Cassaniouze. En 1331, l'église était terminée après 2 années de travaux. Elle est dédiée à St-Barthélémy, titulaire de l'église St-Barthélémy de Cahors où fut baptisé Jean XXII.


De nos jours, il n'en reste que le choeur dont la clé de voûte porte les armoiries du pape Jean XXII. L'église bénéficia d'importants travaux en 1839 après un effondrement de la toiture. Les deux chapelles latérales furent construites à cette période, grâce aux dons de notables. Les registres paroissiaux désignent ces donateurs qui avec leur proche famille sont enterrés dans l'église. La plupart des habitants étaient eux, ensevelis dans le cimetière qui entourait le chevet de l'église.  Elle a été à nouveau restaurée en 1991 grâce à la municipalité et au bénévolat. A noter à l'issue de cette réfection la voûte en châtaignier, mais aussi la découverte, la restauration et le classement d'un tableau de peinture du XVIe siècle attribué à l'école du Caravage.

Une cloche célèbre : classée monument historique en 1908 par les Beaux Arts sous le motif "Cloche avec inscription - XVIème siècle" - Cette cloche fut, dit-on, baptisée par "Marguerite de Valois" (épouse de Henri IV) en 1605. Ce qui est contredit par notre historien Antoine Trin qui, d'après ses recherches, prétend que la Reine Margot ne vint jamais à Calvinet durant son séjour d'une année à Carlat, d'ailleurs bien antérieur à la cloche.

Les recherches d'Annie Couderc nous apprennent que lors de sa venue à Carlat, la Reine Margot qui avait quitté avec précipitation Agen, s'y sentant menacée, passa par Montsalvy le dimanche 29 septembre 1585. Elle y suivit l'office et dormit dans l'église.
Elle quitta Montsalvy pour Carlat le lendemain, protégée par le seigneur de Marcé qui commandait cette ville. Finalement ce départ n'était-il pas préparé d'assez longue date ? Sinon comment expliquer la présence de 500 cavaliers et la centaine de gentilshommes qui vinrent à sa rencontre et qui ne pouvaient être réunis en aussi peu de temps ? D'ailleurs le seigneur de Marses ou de Marzé, peut-être sur l'initiative de Marguerite de France et de Lignerac son frère, avait tout récemment mis la main sur la ville de Carlat et sur le château que se disputaient catholiques et religionnaires.

Elle resta ici jusqu'au 14 octobre 1586. Fuyant à nouveau avec l'aide de sa mère Catherine de Médicis, elle passa par le Lioran, pour se rendre à YBois près d'issoire.  Trahie, personne ne l'accueillit dans la nuit avec une rivière à traverser, une colline à grimper pour accéder au château, et un manque de nourriture, si bien qu'elle fut faite prisonnière.

Le 13 novembre 1586 elle fut transférée sur ordre de son frère le roi Henri III, en tant que prisonnière, à UssonElle y resta 19 ans. Elle donna son consentement pour le divorce à son mari Henri de Navarre qui prit le titre d'Henri IV au décès d'Henri III.

En 1605 avec l'autorisation du roi, elle revint à Paris où elle décéda le 27 mai 1615.

Reine Margot : un surnon resté du roman d'Alexandre Dumas dont elle fut l'héroïne

Et si cette cloche était un don d'Henri IV ! En succédant à Henri III en 1589, il devenait catholique. Henri IV en 1590 nomma comme gouverneur de Calvinet Levy de Giou qui fut convié à son sacre à Chatres. Celui-ci était l'écuyer de Catherine de Bourbon, soeur du roi.


Les trois cloches de l'église                                             Intérieur : la nef

   
Ci-dessus : l'autel                                              à droite : la chapelle Notre-Dame